Contes érotiques

La nature ça m'a toujours fait de l'effet. Dès que je trouve un petit coin agréable, je ne résiste pas à l’envie d’exhibe et de me dénuder en pleine nature

Au plaisir de vous rencontrer

Evotive@live.fr


Apero party

Apéro-party ?

 

Quand la nuit tombe, le salon s’anime à l’heure de l’apéro. Bougies allumées, éclairage rouge tamisé, musique lascive, il prend des airs de lupanar.

 

000_arp1596615.jpg

 

En tenue sexy, la maitresse de maison d’un soir, assure le service. Elle vous fera découvrir son cocktail au goût estival en laissant apercevoir ses dessous. Sans aucune gêne, elle laisse deviner son intimité, prête à s’offrir.

 

P1010467.JPG

 

Les plus entreprenants, experts en anatomie oseront les mains baladeuses. L'ambiance devient électrique se dénudant, ils se lanceront sur le terrain des jeux bisexuels et du plaisir charnel.

 

Prostituierte-600x428.jpg

 

Ceux-là pleins de lubricité prolongeront leur soirée jusqu’au bout du plaisir….

 

 topelement.jpg

 

 

Mon phantasme peut devenir notre réalité ?

 

 

J’adore l’exhibe et le sexe à plusieurs sans lendemain. Ouverte à toutes les initiations sans tabous ni pudeur, soumise à toutes vos envies, j’ai envie de vivre cette aventure.

 

N’hésitez pas, juste pour le plaisir des sens et la magie de l’éphémère, invitez-moi…

 

Au plaisir de vous lire

Evotive

evotive61@live.fr

 

telechargez.jpg


07/03/2017
3 Poster un commentaire

My Secret Story

My Secret Story !

 

Tout petit, je devais déjà avoir l’âme exhibe. Suite à des travaux dans le quartier, de grosses canalisations en béton étaient déposées sur notre terrain de jeu habituel. Avec les copains, nous décidions d’aller explorer de l’intérieur ce nouvel univers. Nous ôtions nos vêtements pour ne pas nous salir. S’ils gardèrent leur culotte, je me mis nu. Des voisins témoins de la scène et avertirent nos parents. Autant vous dire que cela ne fut pas de leur gout et je fus puni.

 

Plus tard au collège, le mercredi, j’allais souvent jouer chez un copain de classe. Nous adorions nous déguiser. Fouillant dans des cartons de vieux vêtements, instinctivement, je choisissais des vêtements de fille, jupe, corsages ou robes. Nos jeux finissaient toujours ainsi, il m’allongeait sur le ventre, relevait ma jupe, m’écartait les fesses et jouait avec mon petit trou. Parfois il m’introduisait un doigt. Je me soumettais à ses volontés et ça me plaisait.

 

Vers 15/16 ans, timide et pudique j’ai eu la chance d’avoir comme ami mon voisin. Il avait un an de plus que moi. Nous étions de la même taille, lui athlétique, musclé avec des cheveux roux coupés très courts, moi svelte, élancé avec de longs cheveux noir. Ses parents partant tôt au travail et ne rentrant jamais avant 19h et parfois plus tard, nous passions nos mercredis après-midi seuls chez lui. Nous étions devenus très complices. Le plus souvent, nous parlions de filles mais jamais de sexe.

Un jour, il me révéla, qu’il observait sa sœur ainée quand elle s’habillait. Et, chaque fois, il m’en parlait avec exaltation. Il me posa la question « et toi t’aimerais être en fille ? » Surpris par cette question, bafouillant, je répondis « euh…, je n’ai jamais essayé… ». Devant mon trouble perceptible, nous avons éclaté de rire et il changea de sujet de conversation.

 

Le mercredi, nous avons d’abord regardé la télé, il parlait peu et semblait préoccupé. Au bout d’un moment, il m’expliqua que pendant le weekend il avait aidé sa sœur à faire du tri dans son armoire et qu’il en avait été tout excité. Il me raconta qu’elle avait mis tous ses vêtements trop petits dans une malle. Alors, Il me posa la question « tu aimerais les essayer ? » et illico, il m’entraina au grenier. Ouvrant la malle pleine de vêtements féminins, il me dit « tu as envie ? » Déconcerté, intrigué, je bafouillais un « oui ». Il me sourit.

 

Je commençais à me déshabiller, en gardant juste mon slip. Il me taquina « les filles ne portent pas ça ». Embarrassé, je me suis mis tout nu devant lui, en cachant mon sexe de mes mains. Il explosa de rire en me disant « si t’es gêné, je peux me mettre nu aussi ». Et il s’exécuta. C’est la première fois que nous étions nus tous les deux. Bien qu’intimidé, ça ne me déplaisait pas, je ressentais même du plaisir.

 

De la malle, il sortit un joli soutien-gorge rouge. Il me l’agrafa et régla les bretelles. Se reculant pour me regarder, il dit « bien » et me tendit la culotte assortie. Comme je la passai, je sentis mon sexe gonfler, confus, je rougis. Souriant, il me rassura en me disant que c’était naturel. Il m’avoua que cela lui plaisait. Je m’aperçus que son sexe avait enflé aussi.

Il me donna un chemisier blanc. Il me moulait le corps, et mon soutien-gorge se laissait deviner par transparence. De nouveau, il s’écarta et me dit « jolie ». Puis il disparut, et revint avec des collants. Comme je les enfilai, je me sentis tout émoustillé. Fouillant dans la malle, il choisit une mini-jupe noire. Elle m’allait parfaitement.

 

Image14.jpg    Image15.png

 

Il enfila un jean moulant et un T-shirt noir. M’examinant, il tourna autour de moi en murmurant « très jolie, superbe… ». Puis, il s’arrêta et me dit « il te manque de la poitrine ». Il me prit la main et m’emmena dans la salle de bain. Il chercha dans l’armoire et remplit de coton les bonnets de mon soutien-gorge. Enfin, il me maquilla légèrement. Puis, il me scruta en silence de longues secondes avant de dire « parfait, tu es très belle ». Troublé par ces mots, un frisson me parcouru tout le corps.

 

Alors, il me prit par les épaules et me fit me retourner. Quand je me vis dans la glace, je ne me reconnaissais pas. Tout se mêlait dans ma tête, envahie de sensations inconnues, j’étais aux anges. Je découvrais ma féminité. Chamboulée, je lui dis d’une voix émue « c’est inouïe, ce n’est pas moi, et pourtant c’est moi ».

 

Il m’emmena dans le couloir. Il ouvrit le placard et choisit des escarpins rouges. En les mettant, je perdis l’équilibre, il me retint. Puis, me soutenant, Il me fit marcher vers le salon, le frottement soyeux de la culotte et des collants me donnait un plaisir intense. Mon sexe durci formait une bosse qui se voyait sous la jupe. Je remarquai que lui aussi avait une érection. Sans mot dire, nos regards se croisèrent et nous fûmes pris d’un fou rire.

Je restais habillée comme cela le reste de l’après-midi et nous discutions de choses et d’autres. J’e me sentais bien, légère, ravie et heureuse. L’heure de partir arrivant, il m’aida à me déshabiller et rangea les affaires. Nous nous quittèrent sans même un mot.

 

Le mercredi suivant, il m’avoua qu’il ne pensait pas que je l’eus fait. Il me confia que cela lui avait beaucoup plu. Qu’il y pensait depuis longtemps sans oser me le demander. Je devins toute rouge et lui répondis que moi aussi j’avais beaucoup aimé.

 

Depuis tous les mercredis, ensemble, nous nous dénudions. Il choisissait les vêtements et sous-vêtements féminins que j’allais porter. Il enfilait un pantalon moulant et un T shirt, moi, Je me travestissais pour lui. Puis, Il me maquillait. Nous passions la journée ainsi vêtu. Nous regardions la télé, nous discutions, Il m’aidait à marcher et à être de plus en plus féminine. Il trouvait toutes les occasions pour me frôler, me toucher et se coller contre moi. Je ne me dérobais pas, je m’offrais même à ces contacts qui suscitaient en moi une jouissance intense. Plusieurs semaines s’écoulèrent ainsi.

 

Un mercredi, tandis que nous regardions la télé dans le canapé, Il posa une main sur mon genou, à ce moment-là, je sentis une chaleur monter en moi. Il commença à me caresser la cuisse, glissa sa main sous ma jupe effleura mon sexe, puis sa main redescendit en me caressant l’entre cuisses.

Je sentais le désir m’envahir. Grisée, je me serrai tout contre lui, posant ma main sur sa cuisse. Il croisa mon regard empli d’émotion, doucement il se pencha vers moi et me déposa un doux baiser sur les lèvres et reprit ses caresses. Je me mis à caresser sa cuisse et vis que son sexe gonflait. C’était très excitant.

Il releva ma jupe, me caressa le sexe à travers ma culotte de dentelle puis glissa sa main dans ma culotte. De son autre main, il guida la mienne vers son sexe m’incitant à le toucher. Je m’aperçus que sa braguette était ouverte. J’osais le libérer, je le vis se dresser devant moi et grossir, ce qui me généra un immense bonheur.

 

Je commençais à le caresser lentement avec ma main puis j’accélérais par intermittences. Je le sentis frémir et un petit râle sortit de sa gorge. Il glissa sa main dans mes cheveux me massant la tête. Par de légère pression, il la rapprochait de son ventre. Ma bouche était si proche de son sexe que je sentais l’odeur sucrée de son intimité. Attirée par ce doux parfum, je commençais à lécher son sexe d’abord furtivement puis assidument. Je constatai qu’il y prenait du plaisir. Comme je titillais son gland avec ma langue, il m’appuya délicatement sur la tête, m’invitant à aller plus loin. J’aspirais alors son nœud avidement et commençais à le sucer. Il pressa plus fortement sur ma tête m’obligeant à l’avaler jusqu’au fond de la gorge. Après un hoquet de plaisir, je suçais goulument ce beau dard avec délectation.

 

 

 

Au bout d’un moment, il m’arrêta, et me demanda de me lever. Il me fit venir face à lui, il commença par me caresser les jambes et les cuisses. Il fit descendre la fermeture de ma jupe qui tomba le long de mes jambes. Il glissa ses mains le long de mon ventre sous le chemisier en direction de ma poitrine. Il le déboutonna et me le retira. J’apparus devant lui juste en dessous féminin. Il prit le temps de m’observer et j’entendis « sublime, magnifique ».

Il m’enleva le string et commença à me caresser le sexe qui se dressa aussitôt. Tout d’abord il titilla mon gland avec sa langue puis me suça. Je peux vous dire que j’étais au paradis. Un pétillement de plaisir me parcourait. Il ne me fallut pas longtemps pour jouir, quel bonheur !

 

Il me fit mettre à genoux sur le canapé. Il commença par m’écarter et me caresser les fesses. Avec son doigt il joua avec mon petit trou, cela me procurait un immense plaisir. C’était comme si de l’électricité me traversait. Il commença à introduire un doigt dans mon intimité puis un deuxième. Je devinai qu’il me préparait pour me pénétrer. J’en avais tellement envie et si peur que je fermais les yeux comme pour mieux goûter ces sensations nouvelles. Je sentis son sexe entrer en moi. Tout en me masturbant, Il commença par faire des allers-retours doucement, de temps en temps il accélérait la cadence. C’était merveilleux. Il explosa en moi, c’est comme si un feu d’artifice de jouissance m’envahissait, j’étais sur un nuage. Epuisée, je sombrai emporté dans les brumes de l’orgasme.

Quand je repris mes esprits, nous étions allongés l’un sur l’autre. Nous rangeâmes les affaires. Puis, nous prirent notre douche ensemble, se lavant mutuellement comme pour prolonger le plaisir et retarder la séparation.

 

Depuis ce jour, nous étions devenus amants. Chaque mercredi, nous nous retrouvions pour partager nos jeux érotiques et notre plaisir. A chaque rencontre, je me sentais de plus en plus femme. Un jour sa mère rentra bien plutôt que prévu et nous surpris. Elle fit un scandale, il nous fut interdit de nous revoir. Mes parents me firent couper les cheveux et promettre de ne plus jamais recommencer. Quelques mois plus tard les voisins déménagèrent et je ne revis plus jamais Jovan.

 

 

Culpabilisée, j’ai très longtemps refoulé mes envies et désirs. Aujourd’hui, depuis plus de 10 ans, occasionnellement, je deviens Evotive, fière, épanouie et heureuse de l’être.

 

                     Loggia9 004.JPG  Rbe Prisca 003.JPG

 

J’adore l’exhibe, le sexe en duo ou à plusieurs et les belles aventures même si elles sont sans lendemain. Un jour peut-être que je retrouverai Jovan.

N’hésitez pas, juste pour le plaisir des sens et la magie de l’éphémère, invitez-moi…

Evotive

 

telechargez.jpg


09/01/2017
0 Poster un commentaire

Magic Shop

Donner le change, jouer le Dress Code masculin transcende chacun de mes Travestime. Se vêtir en homme, dissimuler son plaisir d’être femme, s’avère au quotidien parfois difficile à vivre et ce jour là encore plus qu’à l’accoutumée. Frustrée depuis le matin, je décidais alors de me promener pour sortir de cette mélancolie. Au hasard des rues, voyageant dans mes pensées érotiques, cette boutique de lingerie attire mon regard.  Instinctivement, j’entre.

 

Un « Bonjour, Monsieur » m’accueille d’une voix chantante.

 

Me voilà dans ces rayons bien ordonnés, un peu gauche, ébahie face à tous ces soyeux écrins de l’intimité. Devant tant de merveilles, difficile de choisir. Hésitante, je regarde les tailles.

 

J’entends « Je pense qu’il vous faut une taille S et un 90B ». Surprise, un ensemble à la main, je tourne la tête. La vendeuse est là, Avec l’insouciance de la jeunesse, rayonne la sensualité de sa maturité. Pas d’erreur c’est à moi qu’elle s’adresse. Elle me sourit. Son regard clair me transperce. Elle lit dans mes pensées comme dans un livre ouvert. Je suis sous le charme.

« J’adore la sensualité de cette parure. Venez l’essayer, c’est par là » me dit-elle en me jetant un regard plein de malice. Me voilà dans la cabine d’essayage, animée d’une excitation inconnue, je me déshabille. J’ajuste le soutien-gorge. Emoustillée, mon clito enfle comme je mets le string et le porte jarretelle.

 

C’est alors que le rideau de la cabine s’ouvre. Elle me tend des bas noirs « c’est plus sexy avec… » me susurre t’elle. Pendant que fébrile, j’enfile et fixe les bas, elle m’observe des étincelles dans les yeux. Puis se baisse, son décolleté me dévoile, ses petits seins pointus, en liberté sous son chemisier blanc. Troublée, mon intrépide clito déborde de son écrin. Réajustant le fin triangle de tissu, ses mains effleurent ma bosse, reviennent et la caressent furtivement. Lentement, elle se relève, se frotte à moi lascivement. Puis aussitôt, s’écarte. Elle me lance un regard scintillant de milles feux qui m’embrase. Mon émoi lui procure un plaisir manifeste.

 

Me prenant la main, elle m’entraîne hors de la cabine L’idée, qu’à tous moment, puissent survenir des clientes, exacerbe mon plaisir et m’assujetti à tous ses désirs. Elle me guide devant le miroir trônant au cœur des allées. « Magnifique, très excitante…. » déclare t’elle. Se collant derrière moi, elle pose ses mains sur ma poitrine, replace les bretelles, glisse vers mes hanches, s’attarde sur mes fesses. Subjuguée, m’abandonnant à ses sensuelles caresses, je bafouille un « merci ».

 

Le carillon de la porte de la boutique retentit. Deux femmes s’avancent vers nous, rompant ainsi la magie du moment. Ma vendeuse me quitte en me chuchotant « Gardez le sur vous… ». Je regagne la cabine d’essayage. Brusque retour à ma condition, je revêts mon costume d’homme en conservant ces soyeux dessous.

Ravie d’avoir été surprise en cette posture, submergée de sensations, je me dirige vers la caisse. Comme je croise les deux femmes, je sens sur moi leur regard intrigué.

 

La vendeuse me sourit chaleureusement « Vous le portez ? » murmure t’elle. J’acquiesce. Elle m’adresse un clin d’œil complice. Je règle mon achat en la fixant intensément comme pour la graver dans mes souvenirs. Des étoiles luisent au fond de ses prunelles tandis qu’elle me tend le reçu. Du vague à l’âme, je lui dis « au revoir ». Elle me répond « Venez chez moi ce soir vers 19h30 » tout en me glissant dans la main un petit papier. Réjouie, je réponds « à ce soir… ». Je sors de la boutique.

Envolées mes idées noires, excitée, je déambule dans les rues, impatiente de la retrouver.

 

 

 

L’heure du rendez-vous approchant, anxieuse, j’arrive à l’adresse indiquée. Emue, je tape le code. J’entre, monte l’escalier, chavirée d’émotions je sonne. Sans pudeur, vêtue d’un simple string noir, elle ouvre, m’attire dans le hall d’entrée. Sans attendre, la porte grande ouverte sur le palier, elle ôte ma veste, dégrafe ma chemise, déboutonne mon pantalon.

 

Me voilà en dessous et bas noirs devant le grand miroir, elle me fait tourner sur moi-même, me scrute sous toutes les coutures. Passant sur le palier, un homme observe, amusé, la scène, une femme outrée nous jette un regard oblique et presse le pas. Soumise à sa domination, je lâche prise et devient son objet sexuel.

 

Elle me contourne, referme la porte. Elle me dirige vers l’intérieur. En pénétrant dans le salon, je suis saisie par sa luminosité. Un doux tapis au sol, de grands miroirs au mur,  un large canapé face à de grandes baies vitrées sans rideaux offrent aux voisins de l’immeuble d’en face une vue imprenable sur la scène.

Stimulée par le décor, mon clito s’échappe de son écrin de soie noire, se redresse. Colée contre moi, elle me pousse alors en avant. Habilement, elle descend mon string, libérant mon intrépide dard. Lovée contre mon dos, ses lèvres badinent dans mon cou, ses mains enlacent ma taille. Tandis que l’une remonte vers ma poitrine la massant délicatement, l’autre polissonne titille mon nombril. Sa langue aiguillonne ma colonne dorsale. A ce contact soyeux, ma peau parcourue de frissons de plaisir s’électrise. Puis ses mains friponnes, dessinent le contour de mes hanches, batifolent sur mes rondeurs. Sournoises, elles s’égarent dans ma vallée profonde, esquivent ma rondelle. Furtives, elles glissent vers mon bas ventre. Subtilement, elles enveloppent mon fier éperon, le malaxent, l’astiquent. Ensorcelé par ces subtiles frictions, il gonfle, se raidit. Sentant la jouissance naître, elle délaisse son jouet. Papillonnante sur mon corps, ses mains apaisent la tension.

 

Agile comme la panthère, la voilà accroupie devant moi, léchant mes boules, sa langue remonte langoureusement sur mon clito. Tendrement, entourant mon gland de ses lèvres, elle l’aspire au fond de sa gorge. Le suce avec régal, son va et vient m’inonde de félicité. Le libérant, elle se redresse en me léchant le ventre, remontant vers ma poitrine. Evitant mon cou, elle dépose sur mes lèvres un baiser brûlant. Aérienne, elle se retourne.

Avec dextérité ses fesses enserrent mon dard, fléchissant sur ses jambes, elle le branle ostensiblement. Ainsi lovée dans sa vallée secrète, la valse de ses dandinements est un suprême délice. Un tourbillon de sensation me submerge. Alors, elle relâche son étreinte, se cambre et s’empale sur mon pieu tendu. Ses vallons écrasés sur mon ventre, pressurent mes boules. Immédiatement, exaltée, elle engage un va et vient effréné. Emportée par l’ouragan de l’extase, j’explose au plus profond de son intimité. Inondée de mon jus, ses cris de jouissance accompagnent mes râles de plaisir.

Enchevêtrées ainsi l’une dans l’autre, harassées, nous nous effondrons au sol prolongeant la féérie des sens. Magie de l’extase, chacune savoure le bonheur du plaisir partagé. Combien de voisins ont joui du spectacle ?

 

Après un long moment, sortant des nymphes de l’orgasme, nous nous relevons. Pétillante de sensualité, dénudée, lascive elle me rhabille devant la grande baie vitrée. Tout en me raccompagnant à la porte, elle caresse mes rondeurs. Elle m’enlace et me donne un ardent baiser d’adieu.

 

Dominée, jouet sexuel soumise à sa volonté, j’ai vécu une aventure sublime. Ouverte à toutes les initiations sans tabous ni pudeur, soumise à toutes vos envies, j’adore le sexe sans lendemain et l’exhibe. Alors, pas de gène, juste pour le plaisir des sens et la magie de l’éphémère, invitez-moi…

 

Au plaisir de vous rencontrer

Evotive


07/11/2011
19 Poster un commentaire

Fantasme d'été

Aux beaux jours, j’aime me prélasser en tenue sexy et me donner du plaisir sur la terrasse. Cela a dû fait le tour du quartier, car il n’est pas rare de trouver des voyeurs autour de la maison.

 

 

En cette après midi ensoleillé, sous les regards que je devine derrière la haie, alors que je m’adonne à mes jeux favoris, le carillon retentit. Quand j’ouvre, devant moi, un homme en tenue décontractée. C’est mon nouveau voisin effectuant une visite de courtoisie. Tout naturellement je l’invite à prendre un verre sur la terrasse. Faisant  le service, sans gène j’exhibe mes dessous. Ce qui visiblement lui fait de l’effet. M’asseyant face à lui, j’écarte les cuisses dévoilant mon string gonflé.

 

Echangeant les banalités d’usage, le feeling passe. Mon visiteur est assurément à l’aise et je suis toute émoustillée. Rapidement, la conversation devient plus intime. Il m’avoue que depuis deux jours, il m’observe en se masturbant depuis sa fenêtre. Il a flashé sur la jupe orange et le T shirt bleu turquoise que je portais hier. Il en a fantasmé toute la nuit. Ce matin, il s’est décidé à me rendre visite.

 

Je lui propose un second verre. Prétextant aller chercher des glaçons, je le quitte quelques instant et reviens tenant à la main, mon Tshirt et ma jupe de la veille.

Enjôlée par les étincelles dans ses yeux, sans mot dire, je m’approche de lui. Lentement je le déshabille. Le voilà nu comme un ver sur ma terrasse. Docile, il se laisse faire soumis à mes envies. Alors, je les  lui enfile. Tout son corps s’électrise. Visiblement il aime ça et moi, j’adore baiser un homme en jupe.

 

Je relève sa jupe en le caressant, le mets à genoux face à mon clito tendu. Faisant glisser mon string, il le titille du bout de sa langue. Délicatement, il le gobe et le suce. Il l’avale dans un va et vient lancinant. Quel délice, il sait y faire.

 

Puis, il se met à quatre pattes sur le fauteuil de jardin. Ces fesses en l’air, offertes sont une invitation à l’exploration de son intimité que je ne saurais refuser. Je les caresse, m’attarde dans sa vallée secrète. Mes doigts effleurent sa rondelle, reviennent, musardent.

Doucement je l’ouvre, le préparant à m’accueillir. Je pose mon clito tendu sur sa rondelle ouverte. Délicatement, je m’introduis en lui et doucement je vais et viens entre ses reins. Explorant chaque fois plus profondément son intimité. Un doux gémissement de plaisir rythme la cadence. Tous nos sens excités, nous amènent vers la félicité. Avant qu’elle nous emporte, je me retire pour prolonger le plaisir.

 

Et nous voilà, sur un fauteuil de jardin, s’adonnant aux plaisirs particuliers.

 

Se masturber en duo, nous enivre d’un plaisir intense.  Atteignant l’extase nous explosons ensemble, nos jus jaillissent. En échos à nos cris de jouissance, résonnent les râles de plaisirs des voyeurs.

Après un long voyage dans les nuées de l’orgasme, je le rhabille, j’adore. Comme je le raccompagne à la porte, il me remercie d’avoir réalisé son fantasme, m’embrasse et me promet de revenir. Le regardant s’éloigner, je rêve de sa prochaine visite avec excitation.

 

J’adore l’exhib et le sexe avec des inconnus. C’est juste pour le plaisir des sens. Alors venez me rendre visite. Sans tabous, livrez-moi tout vos fantasmes, leur donner vie m’exalte…

 

 

 

Au plaisir de vous rencontrer

Evotive


27/09/2011
10 Poster un commentaire

Balade en Forêt

Une belle journée en forêt

 

La nature ça m'a toujours fait de l'effet. J’aime la caresse du vent et la chaleur du soleil qui électrise mes sens. Dès que je trouve un petit coin agréable, je ne résiste pas à l’envie d’exhibe et de me dénuder en pleine nature

 

Tout à mes pensées érotiques, je me baladais tranquillement quand arrivant à la lisière de la forêt, je découvre cet endroit charmant.

 

Face à ce tas de bois, le désir monte. J’imagine le bûcheron réalisant ce dur labeur. Il est là, il me regarde, nos regards se croisent. Je devine sous son pantalon un dard tendu Je m’approche, je l’effleure, je le déboutonne pour le libérer de sa cage trop étroite. Je butine ce gland gonflé, je le gobe et l’avale. Toute excitée, je mouille. Il va et vient tout au fond de ma gorge. Il explose dans ma bouche, son nectar me rempli les amygdales. J'aime quand ça coule le long de ma bouche et entendre ses râles de plaisir quand il se vide sur moi. Ca me rend extatique, mon corps devient lourd et chaud de bonheur. C’est tellement bon, son jus est si sucré.

 

Il me relève, se colle derrière moi. Ses mains rugueuses pétrissent mes seins. Lentement elles glissent, râpant mon corps, caressent ma croupe…

 

Soudain, la sensation bizarre d’un regard fixé sur moi, je me retourne. Là, à quelques mètres, un homme bien réel sur sa moto m’observe, visiblement très excité. Depuis combien est-il là ? Je ne sais pas, pris dans mon rêve, je ne l’ai pas entendu arriver.

 

Le regard brillant, d’un pas assuré il s’avance vers moi. Tous mes sens à vif, une intense excitation m’envahie. Déjà soumise à tous ses désirs, tout mon corps aspire au plaisir. Je sens son souffle, il se colle contre moi, ses mains m’explorent. Son dard effleure ma raie, s aventure dans ma vallée intime. Le désir est intense. Instinctivement, je m’ouvre, me cambre toute offerte. Il effleure puis caresse ma rondelle d’amour. D’une douceur virile, il m’écarte lentement ce pieu tendu me pénètre. Agrippé à mes seins, il va et vient jusqu’au fond de mon intimité. Je suis au bord de l’explosion …Il se vide, râle de plaisir.

 

Tous mes sens s’emballent. Emportée dans un tourbillon de jouissance c’est un feu d’artifice jusqu’à l’extase.

Epuisée, mis comblée de plaisir, dans les brumes de la jouissance je le regarde s’éloigner. Il a disparu comme il était arrivé. Une promenade inoubliable...

 

 

J’adore le sexe en pleine nature et partager ma jouissance avec des inconnus. Pas de gène, c’est juste pour le plaisir des sens. Alors, montrez-moi votre anatomie en bas de la ceinture. Et invitez-moi, en forêt, à la campagne, sur une plage ou tout autre lieu. N’hésitez pas à me surprendre, j’adore l’imprévu...

 

 

Au plaisir de vous rencontrer 

Evotive



10/09/2011
19 Poster un commentaire