My Secret Story

My Secret Story !

 

Tout petit, je devais déjà avoir l’âme exhibe. Suite à des travaux dans le quartier, de grosses canalisations en béton étaient déposées sur notre terrain de jeu habituel. Avec les copains, nous décidions d’aller explorer de l’intérieur ce nouvel univers. Nous ôtions nos vêtements pour ne pas nous salir. S’ils gardèrent leur culotte, je me mis nu. Des voisins témoins de la scène et avertirent nos parents. Autant vous dire que cela ne fut pas de leur gout et je fus puni.

 

Plus tard au collège, le mercredi, j’allais souvent jouer chez un copain de classe. Nous adorions nous déguiser. Fouillant dans des cartons de vieux vêtements, instinctivement, je choisissais des vêtements de fille, jupe, corsages ou robes. Nos jeux finissaient toujours ainsi, il m’allongeait sur le ventre, relevait ma jupe, m’écartait les fesses et jouait avec mon petit trou. Parfois il m’introduisait un doigt. Je me soumettais à ses volontés et ça me plaisait.

 

Vers 15/16 ans, timide et pudique j’ai eu la chance d’avoir comme ami mon voisin. Il avait un an de plus que moi. Nous étions de la même taille, lui athlétique, musclé avec des cheveux roux coupés très courts, moi svelte, élancé avec de longs cheveux noir. Ses parents partant tôt au travail et ne rentrant jamais avant 19h et parfois plus tard, nous passions nos mercredis après-midi seuls chez lui. Nous étions devenus très complices. Le plus souvent, nous parlions de filles mais jamais de sexe.

Un jour, il me révéla, qu’il observait sa sœur ainée quand elle s’habillait. Et, chaque fois, il m’en parlait avec exaltation. Il me posa la question « et toi t’aimerais être en fille ? » Surpris par cette question, bafouillant, je répondis « euh…, je n’ai jamais essayé… ». Devant mon trouble perceptible, nous avons éclaté de rire et il changea de sujet de conversation.

 

Le mercredi, nous avons d’abord regardé la télé, il parlait peu et semblait préoccupé. Au bout d’un moment, il m’expliqua que pendant le weekend il avait aidé sa sœur à faire du tri dans son armoire et qu’il en avait été tout excité. Il me raconta qu’elle avait mis tous ses vêtements trop petits dans une malle. Alors, Il me posa la question « tu aimerais les essayer ? » et illico, il m’entraina au grenier. Ouvrant la malle pleine de vêtements féminins, il me dit « tu as envie ? » Déconcerté, intrigué, je bafouillais un « oui ». Il me sourit.

 

Je commençais à me déshabiller, en gardant juste mon slip. Il me taquina « les filles ne portent pas ça ». Embarrassé, je me suis mis tout nu devant lui, en cachant mon sexe de mes mains. Il explosa de rire en me disant « si t’es gêné, je peux me mettre nu aussi ». Et il s’exécuta. C’est la première fois que nous étions nus tous les deux. Bien qu’intimidé, ça ne me déplaisait pas, je ressentais même du plaisir.

 

De la malle, il sortit un joli soutien-gorge rouge. Il me l’agrafa et régla les bretelles. Se reculant pour me regarder, il dit « bien » et me tendit la culotte assortie. Comme je la passai, je sentis mon sexe gonfler, confus, je rougis. Souriant, il me rassura en me disant que c’était naturel. Il m’avoua que cela lui plaisait. Je m’aperçus que son sexe avait enflé aussi.

Il me donna un chemisier blanc. Il me moulait le corps, et mon soutien-gorge se laissait deviner par transparence. De nouveau, il s’écarta et me dit « jolie ». Puis il disparut, et revint avec des collants. Comme je les enfilai, je me sentis tout émoustillé. Fouillant dans la malle, il choisit une mini-jupe noire. Elle m’allait parfaitement.

 

Image14.jpg    Image15.png

 

Il enfila un jean moulant et un T-shirt noir. M’examinant, il tourna autour de moi en murmurant « très jolie, superbe… ». Puis, il s’arrêta et me dit « il te manque de la poitrine ». Il me prit la main et m’emmena dans la salle de bain. Il chercha dans l’armoire et remplit de coton les bonnets de mon soutien-gorge. Enfin, il me maquilla légèrement. Puis, il me scruta en silence de longues secondes avant de dire « parfait, tu es très belle ». Troublé par ces mots, un frisson me parcouru tout le corps.

 

Alors, il me prit par les épaules et me fit me retourner. Quand je me vis dans la glace, je ne me reconnaissais pas. Tout se mêlait dans ma tête, envahie de sensations inconnues, j’étais aux anges. Je découvrais ma féminité. Chamboulée, je lui dis d’une voix émue « c’est inouïe, ce n’est pas moi, et pourtant c’est moi ».

 

Il m’emmena dans le couloir. Il ouvrit le placard et choisit des escarpins rouges. En les mettant, je perdis l’équilibre, il me retint. Puis, me soutenant, Il me fit marcher vers le salon, le frottement soyeux de la culotte et des collants me donnait un plaisir intense. Mon sexe durci formait une bosse qui se voyait sous la jupe. Je remarquai que lui aussi avait une érection. Sans mot dire, nos regards se croisèrent et nous fûmes pris d’un fou rire.

Je restais habillée comme cela le reste de l’après-midi et nous discutions de choses et d’autres. J’e me sentais bien, légère, ravie et heureuse. L’heure de partir arrivant, il m’aida à me déshabiller et rangea les affaires. Nous nous quittèrent sans même un mot.

 

Le mercredi suivant, il m’avoua qu’il ne pensait pas que je l’eus fait. Il me confia que cela lui avait beaucoup plu. Qu’il y pensait depuis longtemps sans oser me le demander. Je devins toute rouge et lui répondis que moi aussi j’avais beaucoup aimé.

 

Depuis tous les mercredis, ensemble, nous nous dénudions. Il choisissait les vêtements et sous-vêtements féminins que j’allais porter. Il enfilait un pantalon moulant et un T shirt, moi, Je me travestissais pour lui. Puis, Il me maquillait. Nous passions la journée ainsi vêtu. Nous regardions la télé, nous discutions, Il m’aidait à marcher et à être de plus en plus féminine. Il trouvait toutes les occasions pour me frôler, me toucher et se coller contre moi. Je ne me dérobais pas, je m’offrais même à ces contacts qui suscitaient en moi une jouissance intense. Plusieurs semaines s’écoulèrent ainsi.

 

Un mercredi, tandis que nous regardions la télé dans le canapé, Il posa une main sur mon genou, à ce moment-là, je sentis une chaleur monter en moi. Il commença à me caresser la cuisse, glissa sa main sous ma jupe effleura mon sexe, puis sa main redescendit en me caressant l’entre cuisses.

Je sentais le désir m’envahir. Grisée, je me serrai tout contre lui, posant ma main sur sa cuisse. Il croisa mon regard empli d’émotion, doucement il se pencha vers moi et me déposa un doux baiser sur les lèvres et reprit ses caresses. Je me mis à caresser sa cuisse et vis que son sexe gonflait. C’était très excitant.

Il releva ma jupe, me caressa le sexe à travers ma culotte de dentelle puis glissa sa main dans ma culotte. De son autre main, il guida la mienne vers son sexe m’incitant à le toucher. Je m’aperçus que sa braguette était ouverte. J’osais le libérer, je le vis se dresser devant moi et grossir, ce qui me généra un immense bonheur.

 

Je commençais à le caresser lentement avec ma main puis j’accélérais par intermittences. Je le sentis frémir et un petit râle sortit de sa gorge. Il glissa sa main dans mes cheveux me massant la tête. Par de légère pression, il la rapprochait de son ventre. Ma bouche était si proche de son sexe que je sentais l’odeur sucrée de son intimité. Attirée par ce doux parfum, je commençais à lécher son sexe d’abord furtivement puis assidument. Je constatai qu’il y prenait du plaisir. Comme je titillais son gland avec ma langue, il m’appuya délicatement sur la tête, m’invitant à aller plus loin. J’aspirais alors son nœud avidement et commençais à le sucer. Il pressa plus fortement sur ma tête m’obligeant à l’avaler jusqu’au fond de la gorge. Après un hoquet de plaisir, je suçais goulument ce beau dard avec délectation.

 

 

 

Au bout d’un moment, il m’arrêta, et me demanda de me lever. Il me fit venir face à lui, il commença par me caresser les jambes et les cuisses. Il fit descendre la fermeture de ma jupe qui tomba le long de mes jambes. Il glissa ses mains le long de mon ventre sous le chemisier en direction de ma poitrine. Il le déboutonna et me le retira. J’apparus devant lui juste en dessous féminin. Il prit le temps de m’observer et j’entendis « sublime, magnifique ».

Il m’enleva le string et commença à me caresser le sexe qui se dressa aussitôt. Tout d’abord il titilla mon gland avec sa langue puis me suça. Je peux vous dire que j’étais au paradis. Un pétillement de plaisir me parcourait. Il ne me fallut pas longtemps pour jouir, quel bonheur !

 

Il me fit mettre à genoux sur le canapé. Il commença par m’écarter et me caresser les fesses. Avec son doigt il joua avec mon petit trou, cela me procurait un immense plaisir. C’était comme si de l’électricité me traversait. Il commença à introduire un doigt dans mon intimité puis un deuxième. Je devinai qu’il me préparait pour me pénétrer. J’en avais tellement envie et si peur que je fermais les yeux comme pour mieux goûter ces sensations nouvelles. Je sentis son sexe entrer en moi. Tout en me masturbant, Il commença par faire des allers-retours doucement, de temps en temps il accélérait la cadence. C’était merveilleux. Il explosa en moi, c’est comme si un feu d’artifice de jouissance m’envahissait, j’étais sur un nuage. Epuisée, je sombrai emporté dans les brumes de l’orgasme.

Quand je repris mes esprits, nous étions allongés l’un sur l’autre. Nous rangeâmes les affaires. Puis, nous prirent notre douche ensemble, se lavant mutuellement comme pour prolonger le plaisir et retarder la séparation.

 

Depuis ce jour, nous étions devenus amants. Chaque mercredi, nous nous retrouvions pour partager nos jeux érotiques et notre plaisir. A chaque rencontre, je me sentais de plus en plus femme. Un jour sa mère rentra bien plutôt que prévu et nous surpris. Elle fit un scandale, il nous fut interdit de nous revoir. Mes parents me firent couper les cheveux et promettre de ne plus jamais recommencer. Quelques mois plus tard les voisins déménagèrent et je ne revis plus jamais Jovan.

 

 

Culpabilisée, j’ai très longtemps refoulé mes envies et désirs. Aujourd’hui, depuis plus de 10 ans, occasionnellement, je deviens Evotive, fière, épanouie et heureuse de l’être.

 

                     Loggia9 004.JPG  Rbe Prisca 003.JPG

 

J’adore l’exhibe, le sexe en duo ou à plusieurs et les belles aventures même si elles sont sans lendemain. Un jour peut-être que je retrouverai Jovan.

N’hésitez pas, juste pour le plaisir des sens et la magie de l’éphémère, invitez-moi…

Evotive

 

telechargez.jpg



09/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 134 autres membres